Intervention Cap’Com 2009

A l’occasion de la rencontre nationale communication publique et territoriale qui s’est tenue les 1, 2 et 3 décembre derniers, nous revenons sur l’un des carrefours numériques portant sur le projet de la Rive Droite numérique.

Créé en 1988, le Forum Cap’Com est un rendez-vous national annuel de la communication publique et territoriale.  Il permet aux professionnels d’échanger sur leur métier et leurs pratiques, de mutualiser leurs expériences, de les confronter aux analyses d’experts et d’universitaires.

Le Forum Cap’Com se déroule chaque année dans une ville différente. Du 1 décembre au 3 décembre, le Forum a pris ses quartiers au Centre de Congrès de Saint-Etienne. Plus de 900 personnes participent chaque année au Forum Cap’Com, parmi eux des responsables de communication et leurs services, élus, techniciens, agences et consultants, universitaires… 80 % sont issus du monde territorial : collectivités et organismes publics, 65 % exercent dans un service de communication, dont la moitié sur des postes de responsabilité.

Carrefour Numérique « Echelle de mesure : Mesurer son influence sur internet »

Invitée à Cap’com pour un carrefour numérique portant sur « l’Echelle de mesure : mesurer son influence sur internet » avec Assael Adary, Co-President du cabinet Occurrence (Etudes et conseil en communication) pour présenter l’audit de réputation en ligne des territoires du GIP-GPV. J’ai eu l’occasion d’expliquer l’étude que j’avais effectuée lors de l’audit 1.0 ayant servi de pré-audit à la phase que nous réalisons actuellement : l’audit du 2.0

Dans le cadre d’une mission de chargée d’étude à la FING sur la réputation en ligne des territoires du GIP – GPV, en collaboration avec Amar LAKEL (de l’université de Bordeaux 3), l’intérêt a été d’analyser l’e-réputation de territoires de la rive droite de Bordeaux.

Présenté lors de ce Cap’com, le projet du GIP-GPV sur l’identité en ligne des territoires m’a permis de mesurer les attentes des collectivités territoriales en matière de « cartographie des usages » du Web 2.0.

Ma présentation s’est attachée à montrer comment connaître et analyser sa réputation en ligne. A travers l’exemple du GIP-GPV, j’ai montré ce qu’une collectivité pouvait connaître de son image sur le Web. L’intérêt était de donner des idées aux autres collectivités territoriales sur les outils qui peuvent être utilisés pour appréhender sa réputation en ligne.

Initié par le GPV, en partenariat avec la FING et l’Université de Bordeaux, le projet a pour but d’explorer les dynamiques territoriales afin de faire apparaître des logiques d’action nouvelles. Il s’agit d’analyser ce qui est dit à propos d’un territoire donné : sur Google et dans les plateformes 2.0.

Cette intervention porte sur deux points. L’audit de la communication numérique 1.0 afin de détecter les signaux faibles révélant des pratiques jusque là invisibles. Mais aussi, de produire une méthode formalisée et réplicable, qui aura vocation à s’intégrer dans de futurs tableaux de bord de l’action publique et dans les diagnostics territoriaux en Aquitaine et ailleurs.

Une étude comme celle-ci permet un audit de l’activité numérique du territoire qui donne à voir une cartographie des énergies et des innovations territoriales, mais aussi, de comprendre la place de la parole « ordinaire » dans l’espace public numérique d’un territoire. Cela afin de produire une carte des acteurs de son territoire pour mobiliser les énergies qui le valorise au quotidien.

Aujourd’hui, les citoyens sont de plus en plus réticents face au discours institutionnel. Les conseils d’amis ou de personnes qu’ils suivent sur Twitter ou Facebook, sont tout aussi importants dans la formation de leurs opinions. Notre travail est d’identifier les leaders d’opinion, pour connaître les tendances sur internet afin de conduire des actions de communication qui auront une résonnance là où le débat se porte.

C’est une nouvelle façon de penser la relation au citoyen. Ce qui est important : c’est de comprendre ce qui se passe sur la toile. C’est pourquoi, une veille permanente des réseaux sociaux permet de faire remonter les informations. Arriver à faire ressortir une vue globale du point de vue du citoyen, c’est aujourd’hui possible : cela permet de prendre des décisions stratégiques en prenant compte des opinions de chacun.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s